L’assurance chômage européenne : Vers une Europe plus européenne

« Europe’s Economic and Monetary Union (EMU) today is like a house that was built over decades but only partially finished. When the storm hit, its walls and roof had to be stabilised quickly. It is now high time to reinforce its foundations and turn it into what EMU was meant to be: a place of prosperity based on balanced economic growth and price stability, a competitive social market economy, aiming at full employment and social progress. To achieve this, we will need to take further steps to complete EMU. »

Extract from the Five Presidents’ Report by Juncker et al. (2015), p.4

Il semble évident que les crises économiques qu’accuse l’Europe depuis la fin des années 2000 ont considérablement altéré l’idée selon laquelle l’UEM serait une zone de croissance et de protection des individus qui la composent. Partout les tentations protectionnistes ressurgissent, et la question de la survie de la zone Euro est plus ou moins avancée. Il semble que le modèle proposé par Maastricht ne convienne plus, car ce dernier souffre de nombreuses faiblesses, notamment en accentuant les déficits et en créant un biais déflationniste (Pasimeni, 2015).   Lire la suite

Publicités

Mme Le Pen, vous ne taxez pas l’Etranger, mais le pauvre Français…

Bon, soyons clairs, je n’aime pas le programme de Mme Le Pen, ni le personnage. Mais il me semble évident que l’on ne peut critiquer les idées de Mme Le Pen sur le seul fait que ce soit le FN qui en fasse l’annonce. Il est nécessaire d’analyser ces idées, de les approuver ou les combattre, mais en exerçant un travail analytique (mais soyons simples) et non pas en stipulant simplement que l’idée est mauvaise puisque cette dernière émane du FN. Si l’on doit résumer le programme de Mme Le Pen, il s’agit tout bonnement (ou très bêtement) de faire croire que les pauvres, les chômeurs, les exclus, etc. vont s’enrichir par le protectionnisme, c’est-a-dire en rendant « l’étranger » plus cher…

Lire la suite

Un Revenu Universel incite-t-il à l’oisiveté ? L’exemple des gagnants au loto belge

En cette période pré-électorale en France, il semble que la question du Revenu Universel fasse grandement débat. Il est clair que l’attribution d’un montant de manière inconditionnelle, indépendante du revenu ou de la situation de l’emploi, soulève de nombreuses questions. Parmi ces dernières, il est souvent avancé l’idée selon laquelle le versement d’un revenu automatique découragerait les individus à offrir leur travail. De nombreuses études économiques (par exemple, Bowles [1992], Gamel et al [2006]) montrent que tel n’est pas le cas. En particulier, une analyse originale est proposée par Marx et Peeters (2008). Ces auteurs étudient le comportement des gagnants du W4L (Win For Life), un loterie belge dont les vainqueurs perçoivent un revenu à vie. La question est alors de savoir si ces gagnants optent pour l’oisiveté.  Lire la suite

Les Inégalités 3/3 : Quelles explications ?

Un premier article s’était attaché à définir les inégalités, illustré par l’exemple français. Dans l’article 2, nous sommes intéressés aux comparaisons internationales. Ce dernier article sur les inégalités met en lumière les principales explications des disparités salariales.

Les comparaisons internationales montrent que les inégalités dans le plupart des pays de l’OCDE, et notamment européens demeurent à des niveaux relativement moyens par rapport au reste du monde. Néanmoins, le FMI et l’OCDE s’accordent à dire que les pays riches connaissent tout de même une forte croissance des disparités, jamais observée depuis trente ans. L’observation du coefficient de Gini (allant de 0, si la répartition du revenu est parfaitement uniforme entre chaque personne, à 1, si une personne possède tout le revenu) a augmenté dans 16 pays de l’OCDE (parmi les 21). La progression a été notamment forte en Finlande et Suède. En France, on note que l’évolution a été pratiquement nulle, et l’inégalité s’est réduite en Grèce et en Turquie. Lire la suite

Les Inégalités 1/3 : Définitions et exemple français

Faire un petit tour d’horizon des inégalités en cette période très délicate de crise économique ne paraît pas si inopportun. Le succès du livre de Thomas Piketty (2013) témoigne sans doute de l’importance que l’on attribue aux inégalités. Beaucoup ont des idées préconçus sur les revenus des uns et des autres, et ont souvent tendance à quelque peu mésestimer la réalité des inégalités. Ainsi, Il est proposé une série de trois articles traitant de écarts de revenus. Ce premier post établira une description rapide des inégalités en France, et sera suivi d’une comparaison internationale dans un deuxième article. On finira par un troisième texte, plus théorique, qui expliquera les origines des inégalités ainsi que les conséquences sur l’activité économique.

Lire la suite

Des syndicats plus forts face à une banque centrale indépendante

Il est aujourd’hui communément admis que l’inflation en Europe est contrôlée par la politique monétaire mise en place par la Banque Centrale Europeenne (BCE). En effet, si les politiques structurelles ont une importance non négligeable dans la limitation de la croissance des prix, notamment la politique de la concurrence, la politique conjoncturelle élaborée par la BCE visant à contrôler la croissance monétaire a bel et bien pour but de limiter à moyen terme l’inflation. Les analyses économiques contemporaines ont permis de mieux appréhender la manière dont les banques centrales doivent se comporter, en intégrant l’idée selon laquelle ces dernières sont tenues de prendre en considération le fonctionnement du marché du travail. Plus précisément, de nombreux économistes ont montré que les politiques de stabilisation des banques centrales ne peuvent s’exercer sans porter une attention particulière aux institutions régissant le marché du travail, et  notamment les syndicats. La raison est a priori très simple : les syndicats auraient tendance à exercer une pression à la hausse sur les rémunérations des travailleurs, pression qui se répercuterait sur les prix dès lors que les gains de productivité seraient insuffisants, c’est la fameuse inflation par les salaires. On comprend alors que la banque centrale se doit de réagir face à hausse des prix, en utilisant son instrument monétaire. Lire la suite

Sortie d’un livre intéressant

Voici un livre que je conseille à tous ceux souhaitant avoir quelques éléments de compréhension sur la politique européenne. Ce manuel balaie largement les questions économiques européennes : les politiques conjoncturelles, structurelles, territoriales et de développement. Cet ouvrage s’adresse à tous, et se caractérise par une réelle volonté de vulgarisation. Avec ma collègue Isabelle Terraz, nous avons rédigé la partie relative à la politique de l’emploi, je ne peux que vous conseiller de la lire et bien entendu, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires…Livre_Page_2

Les pays du Sud de l’Europe doivent-ils quitter la Zone Euro ?

Depuis la crise des dettes souveraines en Europe, nombreux sont ceux ayant avancé l’idée selon laquelle certains pays de la zone Euro devraient quitter cette dernière. Evidemment, on pense essentiellement aux pays du sud de l’Europe, et souvent l’argument en faveur d’un tel départ serait même louable pour les pays évincés. En effet, ces derniers auraient ainsi l’opportunité de reprendre leur monnaie, et ainsi le contrôle de leur politique monétaire. Ils pourraient in fine retrouver une compétitivité externe via une dévaluation, la croissance et l’emploi seraient par conséquent de retour. Bref, ces pays auraient tout à gagner à sortir de la zone Euro. Lire la suite

Les enseignements du multiplicateur : Le problème n’est pas l’Euro, mais l’austérité

L’Europe n’est pas au mieux de sa forme, cela ne fait aucun doute : la zone Euro connait une croissance négative de son PIB réel en 2012 (-0,7%), après deux années de croissance moyenne (comprise entre 1,5 et 2%) et surtout l’année 2009 caractérisée par un effondrement de son PIB réel (-4,4%). Et il n’est pas prévu que 2013 soit une année de forte croissance : pour les 3 premiers trimestres, la croissance du PIB au prix de marché est de 0,2%, selon Eurostat. Depuis 2008, le chômage dans la zone n’a cessé de grimper, passant de 7,6% à 12,1% de la population active, représentant plus de 19 millions de personnes à la recherche d’un emploi. Ces mauvais chiffres de la zone affectent différemment les pays européens. Les taux de chômage s’envolent dans de nombreux pays du Sud, notamment en Grèce (plus de 27%), en Espagne (plus de 25%) ou au Portugal (plus de 15%). Du coté des pays du Nord, le marché du travail semble se porter bien mieux, en particulier, le chômage est faible en Allemagne (5,1%), Danemark (6,9%), Luxembourg (6,2%) ou Autriche (4,9%).  A cela s’ajoute une dette publique que l’on qualifie souvent « d’importante » dans la zone euro, représentant 90,2% du PIB de la zone. Lire la suite